Formation & Recherche

Deux manières de promouvoir l'égalité des genres

Formation


Depuis les premiers programmes de mentoring jusqu’aux programmes virtuels inter-entreprises et inter-continents développés pour s’adapter au contexte sanitaire de 2020, WIF poursuit sa mission de promouvoir les femmes dans le monde de l’entreprise et dans l’économie en général



Les programmes virtuels


Toujours internationaux et inter-entreprises, ces programmes sont ouverts aux hommes et aux femmes dans un objectif commun de promouvoir la diversité.

National University of Singapore


partner_nus

Au programme virtuel Leaders of the New World développé en octobre 2020 avec le leader universitaire asiatique, succèdera en janvier 2022 le nouveau programme « Placing a bet on the future: Explorating Exponential Technologies ».

Télécharger la brochure

CentraleSupélec EXED


partner_centralesupelec

Créé en avril 2020, ce programme de MOOCs interactifs dédiés au management en période de crise, à la gestion du stress, à la négociation raisonnée d’Harvard etc., a réuni 1200 participants. Lui succède en mars-avril 2021 le programme « Nouveaux Leaders pour un Nouveau Monde ».

Lire la brochure

WIF Stanford Lab


partner_stanfordinnovationlab

Un programme de formation virtuel visant à favoriser l’innovation dans un monde en constante évolution et qui aura lieu du 18 mai au 15 juin 2021

Mc Gill


partner_mcgill

novembre 2021
Programme à venir


Les programmes en présentiel

Programme international Millennial leaders

Réalisé en collaboration avec le SCRIPPS College sur leur ravissant campus de Claremont. Il concerne le femmes ayant entre trois et sept ans d’expérience professionnelle. Il se déroule pendant 4 jours.
Chaque compagnie ne peut envoyer que deux participantes à ce programme pour faciliter la plus grande ouverture des débats.
Il s’est tenu pour la dernière fois en 2019.

Lire la brochure

WIF CentraleSupélec Women’s Executive Program

Unique et innovant, ce programme intrapreneurial et international concerne des femmes ayant au moins 10 ans d’expérience professionnelle et haut potentielles confirmées. Il mélange les qualités de l’école d’engineering de CentraleSupelec, l’exceptionnelle ouverture de la business school de l’Université de Californie, Berkeley ainsi que l’expérience reconnue de la fondation pour la promotion des femmes.
Il s’agit d’un programme d’une semaine sur le campus de CentraleSupelec. Il s’agit d’un programme d’une semaine sur le campus de CentraleSupélec dont la dernière édition s’est tenue en juin 2019.

Lire la brochure

Mc Gill CentraleSupélec


partner_mcgill

Lancement en mai 2022, nouveau programme dédié aux femmes en poste depuis 10 ans dans un groupe et aux entrepreneures.

Lire la brochure

Stanford


logo_stanfordbusiness

En 2015, WIF a lancé un programme pour les femmes entrepreneures à Stanford avec BNP Paribas.
Depuis, chaque année, 40 femmes du monde entier suivent une formation stratégique sur le campus de Stanford pour apprendre à affirmer leur leadership.

Université Paris-Saclay


partner_parissaclay

Le programme « Women in business: become a leader » s’adresse aux jeunes femmes de cinq années maximum d’expérience professionnelle et aura lieu en septembre 2021. Avec l’appui de personnalités inspirantes (chercheurs, Prix Nobel, dirigeants internationaux,…), les participantes apprendront à développer leur leadership et leur réseau.

Lire la brochure






Le Stanford Women Entrepreneur Program, très dense, repose sur trois piliers :

  • Connaissances théoriques avec les meilleurs professeurs de la Stanford Graduate School of Business,
  • Visites de sociétés et d’incubateurs dans la Silicon Valley
  • Sessions de networking entre les participantes pour explorer des opportunités d’affaires.

Ce programme souligne notre engagement à comprendre, aider et mettre en avant les femmes entrepreneures. À l’issue de cette initiative de quatre ans, il aura apporté à plus de 150 femmes, non seulement la formation de la prestigieuse Stanford Graduate School of Business mais aussi une aide efficace à leur perfectionnement personnel et professionnel.


Les Études de la fondation

WIF réalise des études européennes, américaines et canadiennes sur les spécificités hommes/femmes dans les entreprises.

Agir pour que la diversité des talents progresse

Le « plafond de verre » n’est pas encore brisé et l’égalité hommes-femmes est loin d’être une réalité dans les entreprises, petites ou grandes. La vocation de WIF est de devenir un acteur clé pour l’amélioration de la place des femmes dans l’entreprise et dans la vie économique.

Les études sur la diversité dans le monde professionnel menées par la Fondation se veulent originales et porteuses d’une vraie valeur pour des réformes futures.

Leur principal facteur de différenciation vient du choix fait pour la collecte de données. En effet qui mieux que les femmes et les hommes dans leur posture professionnelle peut mieux répondre aux questions sur leurs propres techniques de management, leur leadership, leurs choix de vie ou la vision qu’ils ont de leur entreprise et de leurs pairs. C’est pourquoi WIF a apporté un grand soin aux questions posées à ces acteurs clés de l’éco-système économique d’aujourd’hui.

Deux études ont été lancées en 2017, couvrant trois pays Européens dont les pratiques et usages sont sans nul doute différents : la France, l’Allemagne et l’Italie. L’une de ces études s’adresse aux Grands Groupes au travers des observation faites par cinq sociétés majeures dans différents segments de marché, BNP Paribas, Engie, Danone, L’Oréal et Oracle. La deuxième étude porte sur les Entrepreneur(e)s, toujours sur ces trois pays.

L’originalité de nos recherches

  • Elles s’adressent aussi bien aux hommes qu’aux femmes en position de managers dans le Groupe ou d’entrepreneurs regroupés selon plusieurs classes d’âges.
  • L’étude est qualitative et considère les comportements managériaux, les croyances et les stéréotypes ; la perception de chacun quant à ses pairs est prise en compte.
  • Enfin, ces études sont européennes.

De plus, pour les Grands Groupes, l’étude a été développée avec la collaboration du Clayman Institute à Stanford avec qui nous partagerons les conclusions afin de mettre en lumière différences et similitudes avec la situation outre-Atlantique qui ressort des études américaines.

 

Étude européenne sur les caractéristiques entrepreneuriales

 

Paris le 24 Mai 2018 : La fondation WIF (Women Initiative Foundation) a dévoilé les résultats de son étude réalisée en partenariat avec avec BNP Paribas Banque Privée, et le support du CEDE-ESSEC, auprès de 400 entrepreneurs, femmes et hommes confondus, en France, Allemagne et Italie. Les principaux enseignements concernent :

 

  • les motivations à l’entrepreneuriat et la perception des freins,
    Les motivations sont assez proches chez les hommes et les femmes. Dans les trois pays, une des raisons principales à entreprendre est liée à l’environnement salarial insatisfaisant, ce sentiment étant amplifié chez les moins de 35 ans. La deuxième raison, est l’engagement sociétal de l’entrepreneur. Le frein commun à tous les entrepreneurs et dans tous les pays est l’impact de l’entrepreneuriat sur la vie de famille. De plus les femmes quasi unanimement, indiquent le problème de la confiance en elles comme frein à l’entrepreneuriat.
  • les stéréotypes de genre,
    Les hommes et les femmes ont des stéréotypes très proches dans les 3 pays – comme dans les Grands groupes d’ailleurs -. En revanche, il n’existe pas de ressenti de masculinisation des femmes devenant entrepreneurs. Dans les 3 pays on trouve pour base le fait que les femmes sont combatives, pragmatiques et en grande écoute de leurs équipes. Elles ne seraient ni politiques ni autoritaires. Elles jugent les entrepreneurs sûrs d’eux et de leurs décisions. Les résultats semblent indiquer que les femmes en particulier ont à l’esprit une sorte de mythe de la figure de l’entrepreneur masculin : politique, stratège, sûr de lui et de ses décisions et peu à l’écoute.
  • la perception des postures de management,
    Les pratiques managériales des femmes et des hommes sont décrites comme motivantes et orientées business. Mais elles sont perçues comme autoritaires pour les hommes et équitables et humaines pour les femmes.
  • les attitudes face à la gestion du capital et au développement à 3 ans, en fonction du genre
    Des différences marquées, les femmes souhaitent garder le contrôle du capital, semblent moins s’associer avec des personnes physiques, n’envisagent pas facilement les fusions/acquisitions comme moyen de croissance.

 

Télécharger la synthèse de l'étude

 

 

Étude européenne sur les stéréotypes et la perception de la mixité dans les grands groupes

 

La fondation WIF (Women Initiative Foundation) a dévoilé les résultats de son étude réalisée en partenariat avec le Laboratoire de recherche en Génie Industriel (LGI) de CentraleSupélec, auprès de 2400 managers et cadres, femmes et hommes confondus, ont été interrogés dans 4 entreprises partenaires (L’Oréal, BNP, ENGIE et ORACLE) en France, Allemagne et Italie.

 

Parmi ses principaux enseignements :

 

  • Des stéréotypes de genre très proches quel que soit le sexe ou le pays des répondants
  • La perception d’une masculinisation des femmes dirigeantes principalement en France
  • Des hommes beaucoup plus optimistes que les femmes sur le climat d’égalité
  • Les contraintes familiales perçues comme le premier frein à la mixité
  • Peu de différence selon le sexe sur la perception de l’engagement de l’entreprise, la satisfaction au travail et la conciliation entre vie privée et vie professionnelle

 

Télécharger la synthèse de l'étude

 

Pour recevoir les résultats détaillés de l'étude, merci de nous contacter : contact@women-initiative-foundation.com

plafond-de-verre
connection
succes

Comprendre les freins dans la carrière d’une femme et favoriser la mixité

WIF a également fait le choix d’être accompagné pour chacune de ces études par un Professeur de l’Enseignement Supérieur renommé et passionné par la cause :

  • Viviane de Beaufort (ESSEC) pour les Entrepreneurs et
  • Julie Le Cardinal (CentraleSupelec) pour les Grands Groupes.

WIF a signé un contrat de Recherche avec chacune d’elles.

Les objectifs ultimes sont :

  • de mieux comprendre les obstacles qui freinent la carrière des femmes,
  • de combattre les stéréotypes,
  • de promouvoir des politiques Groupe pour accroître la diversité,
  • d‘apporter des recommandations à destination des instances favorisant l’Entrepreneuriat en France,
  • et que des équipes mixtes et talentueuses soient attirées à tous les niveaux décisionnels de notre économie.

Les données collectées sont anonymes et confidentielles. Nos partenaires s’y sont engagés. Les conclusions de l’étude seront disponibles fin 2017/début 2018 et seront largement relayées en France et dans les pays associés à nos études.

Au travers des analyses que WIF produira, nous souhaitons nous engager pour l’égalité des talents, des chances et booster la réussite professionnelle ainsi que la compétitivité de nos entreprises.